Ouvrir un restaurant virtuel ou fantôme ?

Dernière mise à jour : mars 2

Vous frémissez à l'approche de la prochaine saison de Top Chef?


Votre entourage se régale avec vos plats et vous souhaitez vous lancer dans la restauration ?


Bonne nouvelle !


Il existe plusieurs façons de se lancer dans la restauration et je vous propose de découvrir une approche à moindre frais pour tester votre idée et pourquoi pas vous lancer et ouvrir un restaurant virtuel.


Vous souhaitez savoir comment ouvrir un restaurant virtuel? Nous voyons dans cet article, comment ouvrir un restaurant virtuel en profitant des plateformes de livraisons


Ils défilent dans les rues en deux-roues avec de gros sacs sur le dos, il y a quelques années on parlait d’émergence, on pourrait maintenant presque parler d'invasion dans les grandes villes.


Vous l’aurez compris, on parle aujourd’hui des plateformes de livraison à domicile et des possibilités qu’elles offrent aux foodpreneurs de développer une activité de restauration nouvelle génération.



Les cuisines fantômes ou virtuelles









Alors comment profiter de l'essor des plateformes comme Uber Eats, Deliveroo ou encore Stuart pour tester son idée et ses qualités de cuisiniers(ères)?



Le concept des cuisines fantômes, ou restaurants fantômes est simple: pas d'adresse, pas de tables, mais une simple cuisine avec une fenêtre passe-plat ou encore une cour permettant aux livreurs de récupérer les commandes passées sur les applications de livraison. Les plats du restaurant virtuel sont uniquement disponibles à la livraison.


Si vous souhaitez en savoir plus sur le concept de restaurant virtuel, je vous invite à lire cet article.


Les avantages sont multiples :


  • Nul besoin de chercher un emplacement visible pour débuter.

  • Démarrage rapide.

  • Diminution non-négligeable des coûts de structure (loyer moins important, absence de serveurs...).

  • Une certaine souplesse et flexibilité sur les horaires d'ouverture.


L'application permet effectivement d'être disponible ou non en un simple clic, option qui facilite la gestion des stocks en limitant les pertes puisque au delà du restaurant, vous avez la possibilité de passer vos produits "non disponibles" à tout moment.


Le principal inconvénient lié à l'absence "d'enseigne fixe", reste la dépendance aux plateformes de livraison.


En effet, ouvrir un restaurant virtuel en externalisant la livraison de vos plats via ces plateformes demande un travail de référencement sur la plateforme.


Un travail qui est en partie lié aux avis que donneront vos clients à votre restaurant. Ces avis sont inévitablement liés à la qualité du produit et du service. Le travail sur le produit est donc important et c'est ce que nous allons découvrir dans le paragraphe suivant.


Pour faire face à cet inconvénient de taille, une stratégie de marketing adaptée incluant une présence sur les réseaux sociaux est indispensable pour construire votre marque et engager une communauté autour de vos produits.

Voyons maintenant comment mettre ça en place concrètement.




Quelle est votre spécialité ?




Une des premières questions à vous poser est bien sûr celle du plat que vous souhaitez servir. Ce choix peut bien entendu partir de vos envies et vos savoirs faire. En dehors de vos envies, c'est aussi et beaucoup en étant à l'écoute vos futurs clients que vous trouverez le produit idéal. Il faudra également vous pencher sur deux choses essentielles dans votre réflexion.






  • Le temps de préparation


Le système des plateformes de livraison permet à tout utilisateur de commander un plat via l'application et le recevoir dans le temps imparti (généralement, 10/20 minutes), le tout sans que vos préparations ne refroidissent.


Vous aurez donc tout intérêt à réfléchir à des plats qui puissent être préparés à l'avance puis réchauffés avant l'emballage et le départ, ou encore qui soient assemblés dès la prise de commande.


Dès que la commande est validée par le client, la commande doit être préparée en 5/10 minutes maximum. Visez plutôt les 5 minutes !

Quel que soit votre choix, et comme dans un restaurant traditionnel, la mise en place de vos préparations avant chaque service fera une différence notable.




  • Le prix


Comme pour tout produit, le coût total de fabrication devra être calculé pour pouvoir estimé votre prix de vente. Le calcul du prix de vente se fera également en fonction de vos charges fixes et variables, et c'est à ce moment-là qu'entrent celles liées aux plateformes.


Les plateformes vous offrent l'organisation et les services d'une flotte de livreurs, en contrepartie, il faudra retirer entre 25 et 30 % de commission pour celles-ci sur votre prix de vente TTC. Une info à ne pas négliger!


Au delà de cette commission, les plateformes facturent également des frais de service à l'ouverture du compte. Les frais peuvent variés d'une plateforme à l'autre, à titre d'exemple, les frais d'activation chez UberEats s'élèvent à ~ 600 €.


À l'heure ou j'écris ces lignes (Edit : Mars 2021) , les frais d'ouverture sont offerts chez UberEats et peuvent également être déduits sur vos premières commandes. Vous n'aurez donc pas à verser directement cette somme, ce qui n'est pas négligeable.



  • Multi ou Mono produit pour un restaurant fantôme ?


De nombreuses marques font le choix du mono-produit et cette stratégie fonctionne plutôt bien dans le cas d'un restaurant virtuel.


La plupart du temps, lorsque vous cherchez à manger une pizza, vous avez tendance à vous tourner vers une pizzeria qui ne fait rien d'autre que des pizzas.


À l'inverse vous ne choisirez pas un fast-food généraliste qui vous promet de bons Kebabs, Burgers et pizzas.

La spécialisation de votre activité vous donne une certaine légitimité.


Imaginons que votre truc à vous ce soit les burgers, et plus précisément les burgers healthy.


La création de vos burgers et de votre carte, s'articuleront autour d'un seul produit, une seule promesse, avec une multitude de possibilités d'ingrédients.


Vous pourrez donc concentrer tous vos efforts sur un type de produit, tout en laissant s'exprimer votre créativité.


En conclusion, pour le lancement d'une dark kitchen, je vous conseille vivement de procéder ainsi : 1 marque = 1 produit.


Vos clients s'y retrouveront, ils pourront vous recommander plus facilement et votre offre sera beaucoup plus claire.



Le choix de la cuisine



Vient ensuite la question des locaux. Mais où est ce que vous allez bien pouvoir démarrer votre dark kitchen?


Pour tester l'idée, rien ne vous empêche de commencer de chez vous.


Mais attention ! Vous le savez certainement, la restauration fait partie des métiers dans lesquels des normes d'hygiène strictes doivent être respectées (HACCP).


Dans le meilleur des cas, il faudra investir dans un local où une cuisine fonctionnelle pourra être intégrée.

Pensez également aux passe-plats ou à un endroit stratégique pour faire passer vos commandes dans les starting blocks.

Une des forces de ce concept est que vous ne dépendez pas complétement de votre emplacement géographique, ce qui permet entre autres de bénéficier de loyer moins onéreux.


Les solutions pour trouver un local et créer votre restaurant virtuel ne manquent pas.


Vous pouvez donc vous tourner vers les options traditionnelles : achat ou location de local. La recherche sera axée sur les restaurants, mais pas que, rappelez-vous que l'ouverture d'une cuisine virtuelle est différente de celle d'un restaurant classique.


Le tout sera de trouver des locaux assez grand pour accueillir une cuisine, mais pas forcément un grand espace pour accueillir du monde à table.


D'autres solutions s'offrent à vous comme les cuisines partagées ou encore la location de cuisines d'autres restaurants. En effet, certains restaurateurs proposent de mettre à disposition tout ou une partie de leur cuisine. L'occasion de tester son offre en minimisant les risques.


Certaines structures proposent de vous mettre en relation avec des restaurateurs partout en France, c'est le cas de Light Kitchen. N'hésitez pas à faire un petit tour sur leur site pour découvrir cette solution !




Créer une image de marque




Bien que virtuel, votre restaurant aura besoin d'une image qui colle à votre vision, votre mission et à l'attente de vos clients.


Pour créer une marque cohérente, il vous faudra :


  • Trouver un nom (facilement mémorisable et prononçable).

  • Trouver un slogan.

  • Créer une charte graphique (couleurs, police d'écriture).

  • Créer un logo.

  • Définir le ton à employer pour votre communication (décalé, institutionnel, informatif).


Une fois votre marque et votre univers crées, il sera temps de les mettre en avant !


Je souhaite créer ma marque !



Créer des comptes sur les plateformes de livraison


Pour débuter et pouvoir servir vos premiers clients, l'inscription aux différentes plateformes de livraison sera indispensable.


Pour mettre toutes les chances de votre côté, je vous conseille de créer des comptes sur différentes plateformes. Parmi les plateformes les plus connues, on retrouve : Uber Eats, Delivroo, Stuart ou encore Just Eat.


Et pour vous faciliter la tâche, vous trouverez juste en dessous des liens vers les formulaires d'inscription.


Ouvrir son restaurant virtuel sur les plateformes de livraison? C'est par ici 👇







Créer des réseaux sociaux, créer du lien





Maintenant que vous avez une spécialité, une cuisine, un compte Uber EAts et une marque, il va falloir faire vivre cette marque. Et pour ça, rien de tel qu'une page Facebook et/ou Instagram.


Vous pouvez investir dans plusieurs réseaux sociaux, le but sera de trouver là où sont vos clients.


Pour une cible très jeune, il n'y a pas de doutes sur le fait que Tik-Tok, Instagram ou encore Snapchat fassent partie de votre stratégie.


Les réseaux sociaux constituent la vitrine de votre restaurant virtuel, vous allez grâce à eux pouvoir faire vivre votre marque en partageant vos plats, votre éventuelle équipe, votre quotidien, vos promotions, les étapes de vos fabrication et bien plus.


L'avantage principal des réseaux sociaux réside dans le fait qu'ils soient gratuits, mais pas toujours.


Si vous avez un petit budget pour de la publicité, il sera possible d'attirer des clients qualifiés via Facebook ou Instagram grâce au ciblage que permettent les plateformes.


Il est, en effet, possible de restreindre la portée de ses publicités à une région, une ville, ou encore à des personnes ayant des centres d’intérêts en commun.


L'occasion de faire connaître et vivre son concept au-delà des plateformes !


Pour en savoir plus sur Instagram et débuter sur ce réseau, découvrez mon article sur le sujet.




Quel statut ?


Dès l'ouverture de votre restaurant virtuel vous pourrez opter pour le statut de micro-entreprise, ce statut à l'avantage de pouvoir être créé en quelques minutes sur internet.


👉 Je crée ma micro-entreprise.


Une fois inscrit, vous pouvez commercialiser vos plats en toute légalité.


Sous ce statut, il faudra veiller à ne pas dépasser un certain seuil de chiffre d'affaire.


Pour les activités commerciales, la limite est fixée à 176 200 €. Sous ce plafond, vous pouvez garder votre statut de micro entrepreneur.


Le plafond de franchise de TVA est quant à lui à hauteur de 85 200 €


Le choix de ce statut vous permettra de tester votre idée rapidement et sans gros investissements.




Alors peut-on ouvrir un restaurant sans restaurant ?


Internet offre la possibilité de faire connaître vos talents avec peu de moyens, mais pas sans investissements en temps et en énergie.


Il est donc tout à fait possible d'ouvrir un restaurant sans restaurant, mais pas sans un minimum de stratégie.


Certains grands acteurs de la food ont déjà investi les lieux avec des concepts qui répondent aux exigences des consommateurs.


Uber Eats n'a pas laissé passer sa chance de ce côté et a déjà crée Maison Poké en s'associant avec le chef Marion Flipo et l'enseigne Côté Sushi. Spécialisés dans les Poké bowls, ils desservent aujourd'hui plusieurs grandes villes.


Côté sucré, le chef pâtisser Yann Couvreur croit aussi en cette transformation digitale de la restauration.


Après une levée de fonds de près de 1,9 millions d'euros, il compte ouvrir plusieurs dark labos pour desservir les plus grandes villes de France et à l'international. Pour cela, une application YC (Yann Couvreur) sera créée. La livraison, quant à elle, sera certainement gérée en interne.


Il semblerait que l'on soit aux prémices d'un concept qui fait ses preuves, on compte aujourd'hui près de 500 cuisines fantômes en France. Serez-vous le prochain ?


Prêt au décollage?


Si votre objectif est de créer et d'ouvrir un restaurant virtuel, une cuisine fantôme ou des dark kitchens, je me ferais un plaisir de découvrir votre concept !


Rendez-vous sur:


https://darkkitchencreation.com


ou


Entrons en contact !

5,797 vues0 commentaire